Collectif Stratègies Alimentaires    Collectif Stratègies Alimentaires asbl

Agriculture : pour une régulation du commerce mondial

2 octobre 2008
Mots-clés:

"La libéralisation est, en théorie, un horizon indépassable. D’ailleurs, c’est l’évidence : prenons
le monde comme un immense marché, rendons accessibles toutes les ressources naturelles
et humaines et laissons un ordinateur les combiner sans contrainte selon des fonctions
de production préalablement établies, nul doute nous obtiendrons un optimum indépassable.
Bien sûr, chaque contrainte introduite nous oblige à en rabattre un peu : la terre ne se déplace
pas, c’est dommage, le travail est le plus souvent bloqué derrière des frontières, c’est regrettable.
Mais, même si ces deux facteurs majeurs manquent de mobilité, ce n’est pas suffisant
pour remettre en cause la belle idée de marché mondial. La Banque Mondiale nous le démontre
 : il y a quelques 300 milliards de dollars à gagner à la libéralisation totale du commerce
agricole. Elle précise que c’est du win win : rien que des gagnants ! Les pays du Nord pourront
économiser les 360 milliards de subventions et ceux du Sud conquérir des marchés qui
leur sont interdits. Et pour éteindre les derniers doutes, elle démontre, chiffres à l’appui, que
les gagnants des gagnants sont bien les plus pauvres des plus pauvres des pays et de leurs
citoyens.
Pour obtenir ces 300 milliards de dollars, l’OMC nous dit les trois conditions nécessaires pour
atteindre le sommet du mât de cocagne : supprimer les barrières tarifaires et non tarifaires,
les subventions aux exportations et les aides internes.
Mais si tout le monde doit gagner une part du jack pot, pourquoi, nous, citoyens du monde
et imbéciles que nous sommes, avons-nous tant d’hésitations ? etc. "