csa-be.org

Séminaire "Durabilité financière des OP"

Julie Flament, 18 septembre 2012
Mots-clés:

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Les organisations paysannes peuvent-elles être financièrement plus autonomes ?

Actuellement, la dépendance de la plupart des organisations paysannes vis-à-vis de bailleurs extérieurs est très forte. Pour de nombreuses organisations, la part des ressources en provenance de leurs membres ou de prestations est faible. Les conséquences sont multiples : une faiblesse structurelle de moyen d’action, l’obligation de consacrer une part des moyens (en particulier en personnel et leader) pour rechercher les financements extérieurs, l’obligation de satisfaire aux exigences administratives des bailleurs extérieurs, le risque de devoir s’adapter aux orientations stratégiques choisies par les bailleurs extérieurs et de délaisser les orientations propres de l’organisation (instrumentation particulièrement forte dans les Etats fragiles), éloignement entre l’organisation et ses membres et un défaut d’appropriation par ces derniers de leur organisation.

C’est dire si l’enjeu pour les organisations paysannes de rechercher les moyens d’obtenir des ressources propres est élevé.
La première source de financement interne à laquelle on se réfère systématiquement est constituée par les cotisations des membres. La seconde est un prélèvement sur le prix de vente de la production des membres (exemple du coton). La troisième source est constituée par les prestations de services opérées par l’organisation en ce y compris le paiement de service payés par les membres lorsqu’ils en sont les « clients » directs (achat groupés d’intrants, conseil à l’exploitation...).

L’exploration des possibilités de générer des ressources financières autonomes et la capitalisation des expériences des organisations en matière d’autofinancement peut aider les organisations paysannes à progresser sur le plan de leur autonomie et de leur durabilité et éclairer les partenaires techniques et financiers sur les champs du possible, les contraintes et les limites à la durabilité de leurs appuis.

C’est bien là l’objectif du séminaire du 30 novembre 2012 organisé par le CSA à Bruxelles.

Celui-ci réunira une quarantaine de participants, dont une dizaine de représentants d’OP du Sud, des représentants d’organisations agricoles belges et européennes, des ONG et des représentants de financeurs et d’institutions de développement.

Inscriptions avant le 15 novembre 2012 en renvoyant le formulaire d’inscription à l’adresse : inscription[at]csa-be.org

Le programme est disponible ci-dessous.

titre documents joints

picto envoyer picto imprimer

Collectif Stratégies Alimentaires asbl | Bd Léopold II, 184 D - 1080 Bruxelles | Tel : +32 (0)2 412 06 60 - Fax : +32 (0)2 412 06 66 | email contact

accès membres | plan du site | à propos du site | accès restreint

Soutenu par 
la Commission Européenne et la DGD (Belgique)