csa-be.org

Table ronde du Development Policy Forum (DPF)

Julie Flament, 28 avril 2011

Table ronde du Development Policy Forum (DPF) : Vers une nouvelle politique européenne de développement

The focus of development policy thinking is shifting away from aid to wider economic cooperation and to policies that promote regional integration and investment. Trade will more than ever be at the heart of the development debate, so the impact of trade and investment on developing countries must be looked at against a background of financial market instability, commodity price volatility and climate change.

With the European Commission due to unveil its proposals this year for further CAP reform and to finalise its new development policy based on sustainable growth, how will these proposals impact on development ?

- Session 1. Concilier commerce et développement

Autrefois consacrée à l’aide, la réflexion sur la politique de développement porte désormais sur la nécessité de
renforcer la coopération économique ainsi que les politiques d’aide à l’intégration régionale et aux investissements.
Le commerce étant plus que jamais au coeur du débat, l’impact des échanges et des investissements sur les pays
en développement doit être envisagé dans un contexte d’instabilité des marchés financiers, de volatilité des prix
des matières premières et de changement climatique. L’initiative d’Aide pour le Commerce de l’OMC est très
prometteuse, mais sa portée reste limitée et ses résultats sont loin d’être clairs. Les fonds consacrés à cette
initiative le sont-ils au détriment d’autres politiques de développement ? Pourquoi ne profitent-ils qu’à quelques
pays en développement ? La politique de développement européenne peut-elle compenser cette initiative et
stimuler la croissance dans les autres pays ? Quels sont les résultats ? Les échanges commerciaux se sont-ils
intensifiés entre les pays en développement mais aussi avec le reste du monde ?

- Session 2. L’impact de la réforme de la PAC

L’Europe a longtemps considéré que l’intégration régionale était essentielle pour stimuler la croissance économique
et qu’elle fait partie intégrante des Accords de partenariat économique (APE) destinés aux pays ACP. Alors que
l’UE est sur le point de signer de nouveaux APE, comment garantir que les pays d’Afrique et du Pacifique
continueront à bénéficier des avantages octroyés jusqu’à présent ? Les pays ACP les moins avancés bénéficient
non seulement du système de préférences généralisées (SPG) mais aussi d’un accès au marché européen libre de
droits de douane et de quotas dans le cadre du programme « tout sauf les armes ». Des ONG telles que celles du
mouvement « STOP EPAs » craignent dès lors qu’une libéralisation accélérée du commerce ne nuise à la
production agricole des pays en développement, et donc à leur sécurité alimentaire. L’impact de la réforme de la
PAC sur les subventions à l’exportation de produits alimentaires européens sera donc déterminant pour l’avenir des
agriculteurs des pays en développement. La Commission européenne parviendra-t-elle à concilier sa réforme de la
PAC avec les objectifs de sa politique de développement en gardant à l’esprit qu’investir dansl ’agriculture des pays
en développement est quatre fois plus efficace que dans n’importe quel autre secteur ?

Avec la participation de :
- Pascal Lamy, Director General of the
World Trade Organisation (WTO) and
Member of Friends of Europe’s
Praesidium
- Dov Zerah, General Director of the
French Development Agency (AFD)

picto envoyer picto imprimer

Collectif Stratégies Alimentaires asbl | Bd Léopold II, 184 D - 1080 Bruxelles | Tel : +32 (0)2 412 06 60 - Fax : +32 (0)2 412 06 66 | email contact

accès membres | plan du site | à propos du site | accès restreint

Soutenu par 
la Commission Européenne et la DGD (Belgique)