csa-be.org

Retour sur la 36ème session du CFS

Julie Gabriel, 25 mars 2011
Mots-clés:

Les régimes fonciers et les investissements agricoles
Cadre stratégique mondial
La volatilité des prix

Au sein du Comité pour la sécurité alimentaire mondiale de la FAO (CFS), trois sujets principaux sont au centre de l’examen et du suivi des politiques qui concernent la sécurité alimentaire. Quelques mois après la 36ème session du Comité, revenons sur les implications de celle-ci dans chacun des domaines.

Les régimes fonciers et les investissements agricoles

En octobre 2010, à la 36ème session du Comité pour la sécurité alimentaire, les gouvernements ont agi dans plusieurs directions.

- Ils ont tout d’abord encouragé la continuation du processus d’élaboration des Directives Volontaires (directives sur la gouvernance responsable de la tenure des terres et autres ressources naturelles) en se référant aux processus régionaux existants dans le but de proposer les lignes directrices pour l’examen de la 37ème session du CFS qui aura lieu en octobre 2011. Ils ont décidé de former un groupe de travail du CFS pour examiner le premier projet de Directives Volontaires.

- Ils ont pris note du processus en cours de développement des Principes pour des Investissements Agricoles Responsables (RAI) qui respectent les droits, les moyens de subsistance et les ressources, et, en conformité avec leur rôle, ils ont décidé de lancer un processus inclusif de l’examen des principes au sein du CFS.

- Ensuite, ils ont pressé les gouvernements et autres acteurs impliqués dans le processus de rédaction à la fois des Directives Volontaires et des Investissements Agricoles Responsables de garantir la cohérence et la complémentarité entre les deux processus.

- Ils ont demandé au groupe d’experts de haut niveau (HLPE) lié au nouveau CFS d’entamer des études, qui seront présentées à la 37ème session du CFS, sur les importantes questions suivantes (en conformité avec le document de réforme du CFS convenu en 2009, et les Règles et Procédures pour les travaux du HLPE) :
• les rôles respectifs des plantations à grande échelle et de l’agriculture à petite échelle, y compris les impacts économiques, sociaux, de genre et environnementaux ;
• l’examen des outils existants permettant la cartographie des terres disponibles ;
• une analyse comparative des outils pour aligner les investissements à grande échelle avec les stratégies nationales de sécurité alimentaire.

- Enfin, ils ont encouragé le soutien des Etats membres pour le renforcement des capacités de lutte efficace contre la gouvernance foncière.

Cadre stratégique mondial

Au cours de 2011, l’une des taches du CFS est de commencer à élaborer un cadre stratégique mondial (GSF – Global Strategic Framework) qui fournira des orientations aux gouvernements et aux institutions internationales pour permettre la cohérence politique et stratégique et la coordination dans la promotion de la sécurité alimentaire et la nutrition. Il s’appuiera sur les cadres politiques, y compris les Directives volontaires sur le droit à l’alimentation, le Cadre global d’action du HLTF (High Level Task Force des Nations Unies) et le rapport de l’IAASTD (International Assessment of Agricultural Knowledge, Science and Technology for Development).

À la 36ème session du CFS, le Comité a convenu ce qui suit : lancer un processus consultatif et inclusif qui sera mené par le Bureau du CFS avec l’assistance du Secrétariat mixte et en collaboration étroite avec le Groupe consultatif et la participation de toutes les parties prenantes, dans le but de développer la première version du Cadre stratégique mondial pour la sécurité alimentaire et la nutrition en octobre 2012, qui fera l’objet de mises à jour régulières reflétant les résultats et les recommandations du CFS. La première étape de ce processus de consultation inclusif sera de trouver un accord sur des objectifs GSF, des principes et une structure de base, compte tenu des cadres existants. Au cours du processus, le HLPE peut apporter sa contribution sur les questions prioritaires identifiées par le CFS.

La volatilité des prix

À la suite de la 36ème réunion du CFS, le HLPE a été mandaté pour entreprendre des études et des recommandations de politique actuelle sur les questions liées à la sécurité alimentaire mondiale. Cela comprend une étude sur la volatilité des prix qui couvre les causes et les conséquences, y compris les pratiques de distorsion du marché, les actions, les outils et les institutions pour gérer les risques liés à la volatilité excessive des prix dans l’agriculture. Le CFS a suggéré que l’étude et ses recommandations devraient inclure la prévention (que faire pour limiter la volatilité des prix agricoles ? Voir notamment notre article à ce sujet) et l’atténuation pour les producteurs et les consommateurs vulnérables, en particulier les femmes et les enfants pauvres qui sont appropriés à différents niveaux (local, national, régional et international) et qui sont basés sur un examen des études existantes. L’étude devrait examiner comment les pays et les populations vulnérables peuvent assurer l’accès à la nourriture lorsque la volatilité cause des perturbations du marché.

Le développement des options recommandées sera entrepris comme une priorité par le HLPE en 2011. L’objectif de l’étude sera de présenter des options politiques qui réduisent les risques et qui renforcent la résilience à tous les niveaux, avec une concentration particulière et délibérée sur les options pour les pays en développement avec une attention spéciale sur les politiques ayant des effets positifs sur la sécurité alimentaire des ménages.

Il existe différentes formes de sécurité alimentaire (transitoire, aiguë, chronique, saisonnière, etc.). Il y a aussi beaucoup de différents points d’entrée et d’instruments politiques qui répondent aux différentes crises et sous-ensembles de la population. De même, il y a des options à court, moyen et long terme à prendre en considération. Dans tous les pays ou régions, il y a de multiples instruments de politique qui peuvent être utilisés soit en prévision ou en réponse aux chocs. Le dosage des politiques doit fournir une gamme d’instruments et de processus adaptés qui répondent aux contextes changeants et aux situations (les nouveaux chocs, les événements imprévus, etc.) nécessitant un équilibre de gestion des risques.
Le but de la consultation qui a eu lieu du 24 janvier au 10 février 2011 visait à recueillir l’opinion de savoir si le HLPE a bien identifié les principaux instruments de politique afin de réduire la fréquence et l’ampleur des chocs de prix, de gérer le risque, de renforcer les stratégies d’adaptation et d’améliorer la résilience à tous les niveaux (familial, national, régional et international). Le HLPE cherche aussi des idées novatrices d’exemples possibles de ces instruments de politique.

Les résultats de cette consultation devraient permettre de recueillir les termes de référence de l’étude qui sera présentée au CFS en octobre 2011. Les recommandations finales tiendront compte des principes énoncés dans la méthodologie du HLPE pour la préparation de ces documents et prendront en compte :

- les perspectives de développement économique
- les adaptations climatiques et les mesures d’atténuation
- les incitations à fournir aux agriculteurs afin qu’ils continuent à produire à court-terme des aliments bon marché pour les consommateurs
- des solutions complètes et holistiques
- les conflits et instabilités
- la nécessité de concentrer la croissance sur les pauvres
- la nutrition
- les sensibilités
- l’impact sur les groupes vulnérables, y compris les femmes et les enfants.

Une deuxième consultation publique suivra une fois que le projet de recommandations aura été rédigé.

picto envoyer picto imprimer

Collectif Stratégies Alimentaires asbl | Bd Léopold II, 184 D - 1080 Bruxelles | Tel : +32 (0)2 412 06 60 - Fax : +32 (0)2 412 06 66 | email contact

accès membres | plan du site | à propos du site | accès restreint

Soutenu par 
la Commission Européenne et la DGD (Belgique)