csa-be.org

"Fermiers contre la pauvreté" : La page du CSA dans Plein Champ

Julie Gabriel, 10 février 2011
Mots-clés:

"Près d’un milliard de personnes souffrent de la faim. Ce sont pour une large majorité des agriculteurs des pays du Sud. La faim, c’est avant tout une manifestation de la pauvreté et non celle d’accidents climatiques, de sécheresses, même si de tels événements peuvent arriver et accentuer cette pauvreté.

La différence d’analyse est grande, la faim n’est donc pas une fatalité, ni l’expression d’un déficit de production, c’est avant tout le résultat de rapports sociaux qui laissent de larges pans de la population dans une situation de pauvreté, allant jusqu’à la privation de nourriture (un seul repas par jour, voir pas de repas du tout…).

Beaucoup d’agriculteurs du Sud sont pauvres parce qu’il ne suffit pas de produire pour suffire à ses besoins, il faut pouvoir valoriser sa production à un niveau suffisant pour pouvoir investir dans du matériel, des intrants de qualité, assurer les soins médicaux de la famille, scolariser les enfants, etc. Tel n’est pas le cas pour des centaines de millions d’agriculteurs.

A combien estime-t-on la valeur du grain, du lait, de la viande ? Voilà une question qui se pose à l’ensemble des gens qui vivent de la terre.

Chez nous, dans les fermes, les difficultés ne manquent pas, les crises se succèdent. Cela renvoie à la même question : que vaut la production agricole ? Une bonne récolte peut en compenser une mauvaise, mais si, campagne après campagne, les prix moyens sont toujours en deçà de ce qu’il faudrait pour pouvoir assurer une vie décente à la famille, payer les investissements nécessaires et envisager un avenir pour les repreneurs, il faut bien convenir que la valeur accordée à la production agricole est insuffisante.

Cette faiblesse de la valeur de la production agricole est l’expression d’un rapport de forces défavorable. Quel pouvoir de négociation peut bien avoir un fermier vis-à-vis des autres opérateurs, en particulier la grande distribution ou les traders internationaux ? D’évidence, il est trop faible.

Les agriculteurs du Sud en ont moins encore, même face aux commerçants locaux, mais ils ont compris qu’investir dans l’organisation, dans leurs organisations, pouvait sensiblement améliorer cette situation tout en bénéficiant, par ailleurs, de bien d’autres services, comme l’amélioration de l’approvisionnement en intrants.

C’est la raison pour laquelle le CSA place l’appui aux « organisations paysannes » au cœur de sa stratégie d’action de coopération avec les agriculteurs du Sud.

Il est sans doute utile, pour de nombreux lecteurs, de rappeler ce qu’est le CSA et quels sont ses liens avec la FWA. Le CSA était au départ une association de fait fondée par six ONG en 1985. Il a pris la personnalité juridique d’une ASBL en 1992 et est devenu une ONG spécifique, dédiée au renforcement des organisations agricoles du Sud et au plaidoyer sur les enjeux agroalimentaires. (www.csa-be.org)

C’est autour de ce plaidoyer que la collaboration entre la FWA et le CSA s’est greffée dès 1986 (à l’époque UPA, UDEF, Alliance Agricole, JAP…) autour de la recherche de la meilleure compréhension possible des enjeux agroalimentaires. Nous défendons la même vision ; celle de la viabilité de l’agriculture familiale et de la solidarité entre les organisations agricoles des différents continents.

Depuis 2010, le CSA et la FWA ont adhéré ensemble au réseau AgriCord, qui réunit actuellement 7 ONG dédiées au renforcement des organisations agricoles et rurales des pays du Sud, toutes mandatées par leurs organisations professionnelles agricoles de référence (voir le site web www.agricord.org).

Les membres du réseau AgriCord ont un programme commun, « Fermiers contre la pauvreté ».

Nous souhaitons, chaque mois, vous parler de nos partenaires, de leurs activités, de leurs combats. Certain de ces partenaires, tel que le CNCR, qui fait l’objet d’un article de Joseph Ponthier, ont des échanges réguliers avec la FWA depuis plus d’une dizaine d’années, d’autres ont des contacts plus récents. Bien entendu, nous vous donnerons des informations sur les projets que nous soutenons (voir l’encadré ci-joint). Mais nous espérons aussi faciliter des discussions entre agriculteurs du Sud et vous les agriculteurs du Nord sur les grands enjeux actuels et futurs qui se posent à l’agriculture."

En annexe, vous trouverez les projets des organisations paysannes partenaires à financer par le CSA en 2011.

titre documents joints

picto envoyer picto imprimer

Collectif Stratégies Alimentaires asbl | Bd Léopold II, 184 D - 1080 Bruxelles | Tel : +32 (0)2 412 06 60 - Fax : +32 (0)2 412 06 66 | email contact

accès membres | plan du site | à propos du site | accès restreint

Soutenu par 
la Commission Européenne et la DGD (Belgique)