csa-be.org

ATELIER SUR LES POLITIQUES AGRICOLES ET COMMERCIALES SOLIDAIRES

12 mai 2003
Mots-clés:

Introduction au thème


L’année 2003 s’annonce cruciale en matière de négociations agricoles.
En effet, à la mi-septembre, à Cancun, doit se tenir, la Conférence Ministérielle de l’OMC au cours de laquelle, les pays membres devront non seulement préciser en détail leurs engagements en matière agricole, mais aussi effectuer les arbitrages entre les secteurs, puisque dans ces négociations, rien n’est acquis tant que les membres ne sont pas tombés d’accord sur tout.
Parallèlement, dans le cadre des accords de Cotonou, depuis septembre 2002, des négociations se sont également engagées entre les pays ACP et l’Union européenne visant une refonte complète des relations commerciales entre l’UE et les pays ACP avec la mise en place d’accords de libre-échange (ou accords de partenariat économique, APE).
Ces négociations sont le lieu de confrontations entre Etats. Mais il est très important que la société civile et notamment les organisations professionnelles agricoles puisssent avoir une influence positive sur les négociations. Il y a le risque par exemple que le débat se réduise à une confrontation Nord-Sud focalisé autours de la discussion sur l’accès aux marchés sans aucune prise en compte d’autres aspects très importants pour le développement économique et social. Il y a aussi le risque que le débat se focalise sur une confrontation Etats-Unis / Union Européenne / groupe de Cairns.

Les négociations étant déjà lancées, il est indispensable de dégager, à partir d’une réflexion commune, les concordances d’intérêts entre les producteurs agricoles de différentes régions et différents horizons et de rechercher comment des politiques agricoles et commerciales solidaires pourraient être mises en œuvre pour améliorer les revenus des exploitations familiales agricoles au Sud et au Nord et pour assurer des conditions durables pour les activités agricoles.
Ce processus de réflexion entre organisations professionnelles agricoles a déjà commencé, en mai 2001 et en octobre 2002 à Bruxelles, lors de deux séminaires sur le thème de « l’accès aux marchés ».
Les conclusions sont unanimes. Les prix des marchés internationaux, bien trop bas, ne sont pas représentatifs des réalités productives et sociales de la très large majorité des producteurs. Ils n’assurent pas la bonne rémunération du travail des agriculteurs du Sud et du Nord. Seules des protections efficaces aux frontières, établies par des droits de douanes peuvent, d’une part, rétablir des prix supportables et, d’autre part, être praticables à la fois par les pays pauvres et les pays industrialisés. S’y ajoutent pour les exportations des pays du Sud l’intérêt d’une amélioration de leurs prix de vente, grâce aussi bien à des contingents d’importation préférentielle sur les marchés régulés du Nord (cf. protocole sucre de Lomé) qu’à des accords internationaux pour les produits tropicaux (café, cacao,…).
Malheureusement cela ne correspond en rien au courant actuel préconisé dans le cadre des négociations agricoles de l’OMC, ni aux remèdes imposés aux pays sous ajustement par le FMI et la Banque mondiale.

La nécessité d’instruments de gestion de l’Offre, par exemple au travers des quotas de production, a été affirmée en vue de réguler les marchés intérieurs. Cette gestion de l’offre s’avère indispensable pour éviter des pressions sur les prix mais également pour maîtriser les excédents qui posent régulièrement des problèmes de commercialisation, qui au travers des marchés internationaux, induisent une déstabilisation des marchés nationaux des pays tiers et en déclassent les productions intérieures.

En termes de régulation, les accords internationaux de produits agricoles (blé, sucre… devraient dans l’avenir jouer un rôle accru.
Le renforcement de l’organisation des producteurs s’avère indispensable pour établir un équilibre entre, d’une part, la demande émanant de l’agro-business, exigeant des prix bas et une « liberté » de commerce totale et, d’autre part, une offre de multitudes de producteurs, présents sur tous les continents, constituant une majorité de populations pauvres dans de nombreux pays d’Afrique d’Asie et d’Amérique mais également d’Europe centrale et de l’Est. Cet équilibre est nécessaire pour garantir des prix rémunérateurs qui permettent aux producteurs de poursuivre leurs activités tout en assurant les conditions propices à une protection de l’environnement.
Pour toutes ces considérations, des organisations professionnelles agricoles du Nord et du Sud, à travers les séminaires de mai 2001 et d’octobre 2002 ont, en fin de compte, exprimé le refus clair d’une libéralisation complète, au travers d’une conception radicale de l’accès au marché et le refus de la déstabilisations de marchés des pays tiers par des courants d’échanges inappropriés, quels qu’en soient les moyens.
Les organisations de producteurs reconnaissent le bien-fondé des échanges, mais les conçoivent surtout dans des espaces économiques régionaux suffisamment homogènes et cohérents, leur assurant stabilité, solidarité et juste rémunération.

Objectif du séminaire


Le processus général de « libéralisation » et de soumission au « marché mondial » qui influence l’évolution des agricultures nationales tend à aviver les rivalités et à masquer les concordances plus fondamentales d’intérêt entre organisations professionnelles agricoles .L’objectif essentiel du séminaire est de dégager des concordances d’intérêt entre les organisations professionnelles agricoles présentes et de rechercher comment des politiques agricoles et commerciales solidaires pourraient être mises en œuvre au service d’un développement équitable de l’agriculture et des familles paysannes.

Le séminaire doit permettre de :

  1. Approfondir le débat sur les instruments les plus appropriés pour assurer une protection efficace des productions agricoles de chacune des régions agricoles du Sud et du Nord et pour contribuer à la régulation des marchés internationaux.
  2. Approfondir le débat sur les points pour lesquels des divergences sont apparues lors des deux précédents séminaires de mai 2001 et octobre 2002, en particulier le lien entre subventions et exportations (subventions aux exportations, dumping, parts de marché légitimes,…).
  3. Favoriser la mise en valeur de convergences et la recherche de possibles stratégies communes, entre les différentes familles d’organisations paysannes vis à vis du commerce agricole international, des négociations en cours à l’OMC et de la rencontre ministérielle de Cancun.

Organisateur


Le Réseau des Organisations Paysannes et de Producteurs Agricoles de l’Afrique de l’Ouest (ROPPA) est l’organisateur officiel de la rencontre.
s/c du C.N.C.R.
BP 249 - Dakar (Sénégal) - Tél. (221) 824.57.71 - Fax (221) 824.57.65
(Un comité d’appui - composé du CSA, de la CBB, d’Oxfam Solidarité, ainsi que de la CPE - coorganise le séminaire)

Contacts


- Email CNCR
- Email CSA
- Email Oxfam Solidarité

Date


- visite de terrain:18 mai 2003
- Séminaire:19, 20 et 21 mai 2003 :Programme du séminaire

Lieu


Dakar
Voici les adresses des hôtels à Dakar ainsi que l’adresse du CNCR.
You will find hereunder the addres of your hotel in Dakar and the adrese of the CNCR.
A continuacion las direcciones de los hoteles en Dakar y la direcion del CNCR.

Nous vous rappelons cependant que vous serez attendu, à votre arrivé à l’aéroport de Dakar, par des gens du CNCR/ROPPA.
Please note that CNCR/ROPPA will fetch you up inside the airport, directly at your arrival.
Les recordamos que representantes del CNCR/ROPPA vendran a recoger los a la llegada al aeropuerto.

A bientôt/ See you soon/ Hasta pronto


- Auberge Marie Lucienne
Rue A angle 2, Point E, Dakar
Tél. : 869 00 90
Fax : 864 37 83

- La Piscine Olympique
Quartier, Point E, Dakar


- Conseil National de Concertationet de Coopération des Ruraux (CNCR)
8, bd de l’Est X Rue 2 bis - Point E
Tél : 825-56-65 / Fax : 824-57-65 / B.P : 249 RP

Langues de travail


Français/Anglais/Espagnol

Documents


Visa

Veuillez trouvez, ci-joint en format pdf, une lettre du Ministre de l’Intérieur du Sénégal. Cette lettre précise aux participants invités par le ROPPA et aux autorités de leur pays que des dispositions ont été prise par les services du Ministère de l’Intérieur du Sénégal pour octroyer des visas aux participant à leur arrivée à l’aéroport de Dakar.
Téléchargez La lettre du Ministre de l’Intérieur du Sénégal

- La lettre du Ministre de l’Intérieur du Sénégal

Téléchargez La liste des participants

- La liste des participants

Téléchargez Le programme du séminaire

- Programme du Séminaire Fr
- Programme of the workshop En
- Programa del taller Sp

Téléchargez les Documents préparatoires au séminaire

- Protéger la paysannerie pauvre dans un contexte de mondialisation, M. Mazoyer Fr
- Protecting small farmers and the rural poor in the context of globalisation, M. Mazoyer En
- Defendiendo al campesinado en un contexto de globalizacion, M. Mazoyer Sp

- Quels instruments de politique agricole au regard de la coopération internatinales ?, J-F Sneesens Fr
- What agricultural policy instruments for international coopération ?, J-F Sneessens En
- Que instrumentos de politica agricola, J-F Sneesens Sp

- Marchés mondiaux et efficience, J-F Sneesens Fr
- World markets and efficiency, J-F Sneessens En

- Uncooperative Policy Instruments, D. De la Torre Ugarte En

- Analysis of Agricultural Dumping, Suppan-IATP En

- Declaration de Dakar, fr


[1CSA, Oxfam Solidarité, CBB,


titre documents joints

picto envoyer picto imprimer

Collectif Stratégies Alimentaires asbl | Bd Léopold II, 184 D - 1080 Bruxelles | Tel : +32 (0)2 412 06 60 - Fax : +32 (0)2 412 06 66 | email contact

accès membres | plan du site | à propos du site | accès restreint

Soutenu par 
la Commission Européenne et la DGD (Belgique)