csa-be.org

>accueil > Production de lait sans OGM : durable et peu onéreuse

Production de lait sans OGM : durable et peu onéreuse

Auteur: Greenpeace
Editeur: Greenpeace
Lieu:
Année: 2005
Pages: 24
Mots-clés: 

"Quel est le lien entre les Organismes Génétiquement
Modifiés (OGM) et la déforestation ? Et quel est le rapport
entre le petit verre de lait que vous buvez le matin et les
OGM ?
Ce rapport esquisse une réponse à ces questions et
expose ensuite les possibilités de produire un lait sans
faire usage des OGM dans la nourriture pour animaux.
Chaque jour, des tonnes de soja génétiquement modifié
sont importées en Europeı. La majeure partie de ce soja
est utilisée pour le fourrage. Nous mangeons donc de la
viande et buvons du lait provenant d’animaux qui mangent
du soja génétiquement modifié et encourageons
ainsi inconsciemment la production mondiale d’OGM.
Un OGM est un organisme dont le matériel génétique a
été modifié d’une manière qui ne s’effectue pas naturellement
par multiplication et/ou par recombinaison
naturelleıı. La technique permet en effet de transposer
les gènes sélectionnés d’un organisme à un autre (d’un
poisson à une tomate par exemple) en franchissant les
barrières entre espèces et d’y ajouter de nouvelles caractéristiques
ou de supprimer des caractéristiques existantes.
Greenpeace mène, depuis des années déjà, avec de
nombreuses autres organisations, campagne contre l’introduction
des organismes génétiquement modifiés dans
l’environnement. Les conséquences de la manipulation
génétique sont en effet imprévisibles et irréversibles
pour ce dernier. En outre, la culture à grande échelle des
fèves de soja provoque des catastrophes sociales et écologiques
dans des pays comme le Brésil et l’Argentine.Le secteur laitier belge n’a jusqu’à présent fourni aucun
effort pour utiliser du fourrage sans OGM. Ce rapport a
été dressé dans le but de déterminer la faisabilité pour
l’industrie laitière de passer à une production de lait qui
n’utilise pas d’OGM dans la nourriture pour animaux. Le
rapport est basé sur des études réalisées par l’Université
de Gand et Wim Govaerts, un consultant dans le
domaine de l’élevage de vaches laitières.
La première partie esquisse le contexte général et
explique pourquoi Greenpeace s’oppose au fait d’alimenter
le bétail avec du soja génétiquement modifié.
La seconde partie étudie les solutions éventuelles.
L’Université de Gand a abouti à la conclusion qu’il y
avait assez de soja et de maïs conventionnels (c.-à-d.
sans OGM) pour approvisionner tout le secteur du bétail
laitier (européen), et ce pour un surcoût réduit. Wim
Govaerts a étudié les résultats que nous pourrions obtenir
si le soja était remplacé par d’autres ingrédients. Et
sa conclusion est étonnante : avec un autre régime, basé
sur des protéines cultivées localement, les vaches produisent
tout autant, voire plus de lait. En outre, ce
mode de production est plus respectueux de l’animal et
de l’environnement et coûte moins cher : il est donc plus
rentable pour le fermier. Puisque tout le monde s’en
porterait mieux, il serait vraiment incompréhensible de
ne pas passer à une méthode de production laitière
plus durable."

titre documents joints

picto envoyer picto imprimer

Collectif Stratégies Alimentaires asbl | Bd Léopold II, 184 D - 1080 Bruxelles | Tel : +32 (0)2 412 06 60 - Fax : +32 (0)2 412 06 66 | email contact

accès membres | plan du site | à propos du site | accès restreint

Soutenu par 
la Commission Européenne et la DGD (Belgique)