csa-be.org

Appel de Chapecó et Déclaration de Dakar

16 février 2006
Mots-clés:

La rencontre de Chapecó est la quatrième du Processus de Dakar, après deux premières rencontres à Bruxelles en 2001 et 2002, puis à Dakar en 2003. La Déclaration de Dakar est la base de l’Appel de Chapecó ; elle est reprise ci-dessous.

APPEL DE CHAPECÓ

Réunis à Chapecó (Santa Catarina, Brésil) les 21-23 janvier 2005, des représentant(e)s d’organisations paysannes et de producteurs agricoles
de 4 continents, avec l’appui d’ONG de développement et d’agro-économistes, publient l’appel suivant :

Nous, représentant(e)s d’organisations paysannes et de producteurs
agricoles des différents continents, exigeons de
nos gouvernements :

* de cesser de suivre la vision dogmatique des politiques
agricoles prônée par les institutions internationales, en
particulier l’OMC, le FMI et la Banque Mondiale ; cette
vision néo-liberale, basée sur la dérégulation des marchés,
est destructrice pour toutes les agricultures familiales dans
le monde : 10 ans après, c’est un constat d’échec pour l’accord agricole de l’OMC.

* de réformer leurs politiques à partir des attentes légitimes des populations, en respectant leurs diversités productives et culturelles.

Les problèmes s’aggravent
Les mauvaises politiques se poursuivent

- L’accès à la terre et aux autres ressources devient de plus en plus
difficile pour les paysannes et les paysans. Les terres sont de plus en
plus accaparées par de grandes firmes commerciales.
Les véritables réformes agraires ne sont toujours pas mises en
place et la priorité donnée au modèle agro-exportateur aggrave la
concentration des terres.
- Les capacités de production des populations rurales, déjà faibles,
continuent de se dégrader dans de nombreux pays du Sud et
dans certains pays du Nord, mettant en péril leur sécurité alimentaire.
Les protections à l’importation sont réduites sous l’influence
du FMI et de la Banque Mondiale. La priorité est donnée aux productions
pour l’exportation.
- Les fortes baisses des prix payés aux producteurs augmentent
la pauvreté des familles paysannes. Elles accélèrent l’exode rural et la
dégradation de l’environnement. Elles ne profitent pas aux consommateurs
mais aux grands groupes commerciaux et industriels.
Les gouvernements orchestrent ces baisses de prix par les
accords à l’OMC, en imposant les prix mondiaux au niveau national
et en pratiquant le dumping.
Les gouvernements refusent la mise en place d’accords internationaux
régulateurs de prix.


Des solutions existent

- Mettre en place des politiques actives d’accès aux ressources (terre,
eau, semences, crédit, pêche, etc) respectant les droits des populations
locales.
- Renforcer les capacités de production pour assurer les besoins alimentaires,
y compris par une protection à l’importation appropriée
qui doit être considerée comme un droit.
Donner la priorité à la production vivrière pour le marché interne.
- Assurer des prix agricoles rémunérateurs grâce à une combinaison
d’instruments adaptés à la diversité des situations :

. protection douanière,

. gestion de l’offre,

. mise en marché collective,

. modes de production durable...

en excluant le dumping sous toutes ses formes.

- Au niveau international, reconnaître le droit à la protection, mais
aussi renforcer la gestion de l’offre sur les marchés mondiaux,
en y impliquant les pays exportateurs et importateurs et en commençant
par les produits tropicaux.


Des responsabilités à prendre

- Les gouvernements doivent donc réorienter leurs choix. L’OMC
n’étant pas à même de gérer les spécificités de l’agriculture, ils doivent
se réapproprier leurs possibilités d’action, en y associant les groupes
concernés.
- Nous, organisations paysannes et de producteurs, devons développer
les alliances avec les autres groupes de la population : les solutions
proposées peuvent répondre aux attentes légitimes de la société.

Avant Hong-Kong,
Tous, ruraux et urbains, agissons :
. pour arrêter la politique destructrice de l’OMC,
. pour que nos gouvernements répondent à nos attentes et mettent
en oeuvre des politiques agricoles, alimentaires et commerciales
sur une base solidaire.


Liste des organisations paysannes et de producteurs agricoles signataires de l’Appel de Chapecó et de la Déclaration de Dakar

Afrique de l’Ouest
RESEAU DES ORGANISATIONS PAYSANNES ET DES PRODUCTEURS
AGRICOLES DE L’AFRIQUE DE L’OUEST (ROPPA)
. Président du ROPPA, Ndiogou Fall, Afrique de l’Ouest
. Conseil National de Concertation et de Coopération des Ruraux (CNCR),
Samba Gueye, Saliou Sarr, Sénégal
. Fédération des Unions des Producteurs du Bénin (FUPRO), Jacques Bonou,
Bénin

Afrique de l’Est
East African Farmers Union (EAFU)
. Président de EAFU, Philip Kiriro, Kenya
. Syndicat de Défense des Intérêts Paysans (SYDIP), Mivimba Paluku,
RD du Congo
. Imbaraga, Jean-Claude Hategekimana, Rwanda
. Kenya Federation of Agricultural Producers (KENFAP), John K. Mutunga,
Kenya

Afrique Australe
. União Nacional de Camponeses (UNAC), Ronaldo Chingore Joao,
Mozambique
. Coalition Paysanne de Madagascar (CPM), Jean Berthin Rabafeno,
Madagascar

Europe
. Fédération Wallonne de l’Agriculture (FWA), Yves Someville, Belgique
. Coordination Paysanne Européenne (CPE), membre de Via Campesina :
Gérard Choplin, Belgique, Heike Schiebeck, Autriche, Xosé Ramón Cendán,
Galice
. Confédération Paysanne/CPE, Gérard Durand, Claude Girod, France
. EHNE/CPE/Via Campesina, Paul Nicholson, Espagne
. Associazione Rurale Italiana (ARI), Francesco Benciolini, Italie
. Confédération des Betteraviers Belges (CBB), Richard Eeckhaut, Jean-
François Sneessens, Belgique
. Coordinadora de Organizaciones de Agricultores y Ganaderos (COAG),
Andoni García Arriola, Espagne
. Coordination Rurale, Nicolas Jaquet, France
. Mouvement International de la Jeunesse Agricole et Rurale Catholiques
(MIJARC), Markus Moser, Allemagne
. Norsk Boncle - og Smabrukarlag, Ole-Jacob Christensen, Norvège
. Plateforme Terre, Agriculteur, Consommateur (Plateforme ABC), Willem O.
van Middendorp, Pays-Bas
. Uniterre, Coordination Paysanne Européenne (CPE), Gérard Vuffray, Suisse

Amérique du Nord
. National Family Farm Coalition (NFFC), George Naylor, USA
. American Corn Growers Association (ACGA), Keith J. Dittrich, USA
. Dairy Farmers of Canada (DFC)/Producteurs Laitiers du Canada (PLC),
Bruce Saunders, Yves Leduc, Canada
. National Farmers Union (NFU), Jan Slomp, Canada
. Unión Nacional de Organizaciones Regionales Campesinas Autónomas
(UNORCA), Ernesto Ladrón de Guevara, Mexique

Amérique Centrale
. Unión Nacional de Agricultores y Ganaderos (UNAG), Douglas Alemán
Benavidez, Nicaragua
. Consejo Coordinador de Organizaciones Campesinas de Honduras
(COCOH), Rigoberto Perez, Orellano Carlos Alberto Mencias, Honduras

Amérique du Sud
. Federação dos Trabalhadores na Agricultura Familiar da Região Sul
(FETRAF - Sul)/Central Única dos Trabalhadores (CUT), Volmir Santolim,
Altemir Tortelli, Brésil
. FETRAF - Ceará/CUT, Rosely Lopes, Brésil
. FETRAF - Minas Gerais/CUT, Teresa dos Santos Silva, Brésil
. Federação da Agricultura Familiar de São Paulo (FAF-SP/CUT), Nivaldo
Gomes, Brésil
. Movimentos dos Trabalhadores Sem terra (MST), Francisco Dalchiavon,
Brésil
. Confederação Nacional dos Trabalhadores na Agricultura (CONTAG) et
Coordinadora dos Produtores Familiares do MERCOSUL (COPROFAM),
Alberto Bloch, Luis Vicente Facco, Jose Geronimo Brumatti, Valter José
Dresch, Brésil
. Unión Agrícola Nacional (UAN), Ottmar Hahn, Maria Edina Strickner,
Paraguay
. Movimento Campesino Paraguayo (MCP), Elvio Trinidad, Paraguay
. Confederación Campesina del Peru, Wilder Sanchez, Pérou
. Coordinadora de Integración de Organizaciones Económicas Campesinas
(CIOEC-Bolivia), Zacarias Calatayud, Bolivie
. Guyana Agricultural and General Workers’ Union (GAWU), Seepaul Narine,
Guyane

Asie
. All Nepal Peasants Association (ANPA), Prem Prasad Dangal, Nepal
. Sahabhagi Vikash Abhiyan (SVA)/Paschim Orissa Krushijeevi Sangha
(POKS), Jagadish Pradhan, Inde

Soutiennent cet appel :
. Africa-Europe Faith and Justice Network (AEFJN international), Maru
Bastarreche, Belgique
. AEFJN - Antenne Portugaise, Fàtima Pinho, Portugal
. AEFJN - Antenne Néerlandaise, Cor van den Brand, Pays-Bas
. Collectif Stratégies Alimentaires (CSA), Belgique
. Coordination SUD, Henry Rouille d’Orfeuil, France
. Departamento de Estudos Sócio-econômicos Rurais (DESER), Germano
Batista, Brésil
. Focus on the Global South, Sajin Prachason, Thaïlande
. Groupe de Recherche et d’Echanges Technologiques (GRET), Christian
Castellanet, France
. Groupe d’Appui aux Organisations Paysannes d’Afrique, Nora McKeon, Italie
. Institute for Agriculture and Trade Policy (IATP), Alexandra Strickner, USA
. International Planning Committee for Food Sovereignity (IPC), Beatrice
Gasco Verdier, Italie
. Oxfam-Solidarité, Thierry Kesteloot, Belgique
. Red de Ecología Social (REDES) & Amigos de la Tierra de América Latina y
el Caribe (ATALC), Marcel Achkar, Uruguay
. XminusY Solidarity Fund, Guus Geurts, Pays-Bas
. Oxfam- Magasins du Monde, Stéphane Parmentier, Belgique

Adresses de contact :
- Federação dos Trabalhadores na Agricultura Familiar do Sul
Fetraf-Sul/CUT - Brasil - Tel : + (55) 49 324 77 68
Email : fetrafsul@fetrafsul.org.br
- Collectif Stratégies Alimentaires (CSA) - Tél : + (32) 2 412 06 61
Email : info@dakardeclaration.org
- Pour adhérer à la Déclaration de Dakar et à l’Appel de Chapecó, cliquez ici

DÉCLARATION DE DAKAR

Pour des politiques agricoles
et commerciales solidaires

Réunis à Dakar du 19 au 21 mai 2003 à quelques mois de l’échéance cruciale des négociations de l’OMC à Cancún, des représentant(e)s
d’organisations paysannes et de producteurs agricoles d’Afrique, d’Amériques, d’Asie et d’Europe ont publié la déclaration suivante :


I. Les conceptions à l’OMC : le monde à l’envers

La "libéralisation" du commerce agricole et la dérégulation, impulsées
par l’OMC, le FMI, les accords de libre-échange,... sont source d’importants
dégâts dans le monde entier : faim, chômage, inégalités, pauvreté,
dégradation des ressources naturelles s’accroissent dans le monde rural,
en particulier dans le Sud. Les paysan(ne)s sont contraints à l’exode rural
et à l’émigration. De plus en plus, l’industrie agro-alimentaire transnationale
les remplace et accapare leurs terres.

En soumettant les agricultures aux prix mondiaux, l’OMC part d’un a
priori démenti par les faits : un marché mondial qui donnerait des résultats
valables, uniformes pour tous les pays. Les prix agricoles sont instables,
chroniquement déprimés et tendent à se dégrader à long terme.

L’OMC vise à interdire la protection à l’importation, instrument disponible
pour tous, y compris les pays pauvres. Elle favorise par contre des instruments
de protection disponibles uniquement pour les pays riches (aides
découplées de la production inscrites dans la boîte verte de l’OMC). Cela
permet notamment un blanchiment du dumping.

La priorité des priorités de l’OMC, c’est la baisse des prix agricoles : elle
le fait de deux façons :
- sur le plan intérieur, par la baisse des tarifs douaniers, le démantèlement
de l’organisation des marchés intérieurs,
- sur le plan extérieur, par la priorité à l’exportation, qui déprime les prix
payés aux agriculteurs.

L’OMC pousse à une concurrence extrême entre tous les producteurs :
les producteurs y perdent ; les consommateurs n’y gagnent pas : la baisse
des prix agricoles profite surtout à l’industrie agro-alimentaire et la grande
distribution.
L’OMC affaiblit les plus faibles, au profit des plus forts.


II. Pour des politiques agricoles fondées sur des droits

La politique agricole met en jeu des droits humains fondamentaux et des
attentes des populations, en particulier pour les femmes :

. le droit à l’alimentation (saine, culturellement adaptée,...),

. le droit à produire celle-ci,

. l’accès aux ressources (terre, semences, eau, crédit,...),

. le respect de l’environnement (modes de productions durables,
biodiversité),

. l’équité (droit à des revenus décents),

. ...

Le marché ne peut assurer le respect de ces droits. C’est la responsabilité
des Pouvoirs Publics, à l’échelle locale, d’un pays ou d’un groupe de pays.
C’est la base de la souveraineté alimentaire.

Pour assurer ces droits en agriculture, des instruments sont indispensables,
en particulier une protection à l’importation et la maîtrise de l’offre.
Les prix agricoles doivent couvrir les coûts de production, y compris une
rémunération décente de l’agriculteur.

Des ressources financières doivent être disponibles pour assurer des
niveaux suffisants d’infrastructures et de services,
particulièrement dans
les pays du Sud.

L’objectif d’exportation ne doit pas être prioritaire par rapport aux droits
fondamentaux, que ce soit dans le pays même ou vis-à-vis des autres
pays.


III. Pour un commerce international solidaire

Le commerce est nécessaire, mais n’a pas la prééminence sur les droits
fondamentaux.

La première exigence de solidarité est d’éviter que des exportations
viennent déstabiliser les marchés internes d’autres pays. La priorité est à
donner à l’approvisionnement du marché intérieur.

L’accès au marché doit se faire sans dérégulation du marché du pays
importateur. Il faut viser l’élimination de toutes les formes de dumping.

Les subventions en agriculture, attribuées sur base des droits et attentes
des populations, sont légitimes, à condition qu’elles ne servent pas à
promouvoir des exportations.

Les règles du commerce ne peuvent pas empêcher un pays de favoriser
un système de production durable, basé sur des exploitations familiales.

Il faut une concertation et un effort de maîtrise de l’offre sur les marchés
internationaux, en particulier des actions communes de la part des pays
producteurs et consommateurs pour stabiliser les marchés et assurer des
prix équitables pour les produits essentiellement destinés à l’exportation
(café, cacao,...). Les accords d’importation préférentiels peuvent également
jouer un rôle positif, notamment pour des petits pays à économie
vulnérable.

Les choix légitimes des populations qui refusent par exemple les OGM,
les hormones,... doivent être prioritaires par rapport aux intérêts des
firmes commerciales et être respectés par les règles du commerce international.

Face aux risques liés à la négociation actuelle à l’OMC, et
pour défendre les choix énoncés ci-dessus, la mobilisation la
plus large possible des organisations paysannes et des autres
organisations de la société civile est nécessaire et urgente.
Appel est fait aux gouvernements de refuser les conceptions
et les propositions actuelles à l’OMC, et de défendre à
Cancun [et aujourd’hui à Hong-Kong] le principe de souveraineté
alimentaire.


Liste des organisations paysannes et de producteurs agricoles signataires de la Déclaration de Dakar

Afrique de l’Ouest
RESEAU DES ORGANISATIONS PAYSANNES ET DES PRODUCTEURS
AGRICOLES DE L’AFRIQUE DE L’OUEST (ROPPA)
. Association des Organisations Professionnelles Paysannes (AOPP),
Coordination Nationales des Organisations Paysannes du Mali, Ibrahima
COULIBALY *
. AREN, Coordination Nationale de la Plate-forme Paysanne du Niger, Djibo
BAGNA *
. ANOPACI, Désiré PORQUET *, Côte d’Ivoire
. Fédération Nationale des Femmes Rurales du Burkina (FENAFER\B),
Confédération Paysanne du Burkina Faso (CPF), Françoise BANGRE *
. Fédération des Paysans du Fouta Djalon, Afpha Oumar DIALLO *, Guinée
. Association of Farmers, Educators and Traders (AFET), Manlafi GASSAMA *,
Gambie
. Conseil National deConcertation et de Coopération des Rureaux (CNCR),
Samba GUEYE *, Bara GOUDIABY *, Sénégal
. Asprodeb, Awa DIALLO *, Ousmane NDIAYE *, Sénégal
. Président du ROPPA, Ndiogou FALL *, Afrique de l’Ouest

Afrique de l’Est
EAST AFRICAN FARMERS UNION (E.A.F.U.)
. Uganda National Farmers Federation, E.A.F.U., Henry Mutebi KITYO*, Chebet
Maikut *, Uganda - Afrique de l’Est
. National Network of Farmers’groups Tanzania (Mviwata), Mwadini MYANZA*,
Tanzanie
. Sydip, Mivimba PALUKU *, RD Congo
. Urugaga Imbaraga, Sebastien BITANUZIRE *, Rwanda
. Kenya Federation of Agricultural Producers (KENFAP), Mercy Karanja*, Philip
Kiriro*, Kenya

Afrique Centrale (voir aussi les membres de l’EAFU ci-dessus)
. Concertation Nationale des Organisations Paysannes du Cameroun (CNOPC),
Abbo FODOUE *, Cameroun
Afrique Australe
. União Nacional de Camponeses (UNAC), Renaldo CHINGORE JOAO *,
Amade SUCA*, Mozambique
. Coalition Paysanne de Madagascar, Jean Chrysostôme RAZAFIMANDIMBY *,
Madagascar

Europe
. Fédération Wallonne de l’Agriculture (FWA), Pierre Ska *, Yves Someville *,
Belgique
. Jordberga, Confédération Internationale des Betteraviers Européens (CIBE),
Otto von Arnold *, Suède
. Coordination Paysanne Européenne (CPE), membre de Via Campesina,
Gérard Choplin *, Belgique - Europe
. Uniterre/CPE, Gérard Vuffray *, Suisse
. Sindicato Labrego Galego/CPE, Xosé Ramon *, Espagne
. Confédération Paysanne/CPE, Christian Boisgontier*, France
. EHNE/CPE/Via Campesina, Paul Nicholson *, Espagne
. Confédération des Betteraviers Belges, Jean-François Sneessens *, Belgique
. Jeunes Agriculteurs Français, Jérome Despey, France
. Front Uni des Jeunes Agriculteurs, membre CPE, Xavier Delwarte, Belgique
. Mouvement d’Action Paysanne, Jacques Bossuyt, Belgique
. Coordinadora de Organizaciones de Agricultores y Ganadores del Estado
Español COAG - Via Campesina, Javier Sanchez Anzo, Espagne
. Coordination Rurale Union Nationale, François Vienne, France

Amérique du Nord
. National Family Farm Coalition (NFFC), Mme Dena Hoff *, USA
. UNORCA, Ernesto LADRON DE GUEVARA *, Mexique
. American Corn Growers association, Keith J. Dittrich, USA

Amérique Centrale
. ATC, Eduardo Vallecillo *, Nicaragua

Amérique du Sud
. COPROFAM, Silvio Mazaroli *, Uruguay - Mercosur
. CONTAG, Alberto Broch *, Brésil
. Confederación Campesina del Perú, Victor Torres *, Pérou
. Fetraf-Sul/Cut, Volmir Santolim *, Brésil

Caraïbes
. Winfa, Renwick Rose *, St. Vincent and the Grenadines

Asie
. FSPI, Indra Lubis *, Indonésie
. South Asian Peasants Coalition, Biblap Halim *, Inde
. Korean Farmers League, Jung Hyeon Chan *, Corée du Sud
. Bangladesh Krishok Federation, Badrul Alam, Bangladesh

Soutiennent cette déclaration :
. AEFJN (Africa-Europe Faith and Justice Network), Maru Bastarreche, Belgique
. Afrique Verte Burkina Faso, KI Philippe de Kassan, Burkina Faso
. Afrique Verte, Caroline Bah, France
. Agir Ici, Céline Trublin, France
. Asociacion Ambientalista GUERREROS VERDES A.C., Elena Kahn, Mexique
. Centre National d’Actions et d’Accompagnement Comunautaire (CNAC)
Olivier Bakali Kosumba, République Démocratique du Congo
. Centre de Promotion des Valeurs Africaines (CEPROVA), Victor Youmbi, Cameroun
. Centre National de Coopération au Développement 11-11-11, Gérard
Karlshausen, Belgique
. CIEPAC, Jacques Berthomé, France
. Collectif Stratégies Alimentaires (CSA), Belgique *
. Comité de Bienvenida a Cancun, Juan Carlos Núñez Fernández, Mexique
. Cooperacció, Tono Albareda, Espagne
. Coordinadora de Organisaciones de Agricultores y Ganaderos del estado
español (COAG), Sanchez Anso, Espagne
. Coordination SUD, Henry Rouille d’Orfeuil, France
. Ecologistas en Acción de Calatayud, Ismael Callejero Guillen, Espagne
. Ecologistas en Acción de Majadahonda, Consuelo Sanz, Espagne
. Ecologistas en Accion, Tom Kucharz, Espagne
. Fédération Artisans du Monde, Laurent Levard, France
. FIAN Belgium, Marie Teller-Peron, Belgique
. Fondation René Dumont, Marie-Hélène Aubert, France *
. GEYSER, Philippe Pouchin, France
. Groupe de Recherche et d’Echanges Technologiques (GRET), Pascal Bergeret,
France
. IATP (Institute for Agriculture and Trade Policy ), Steve Suppan, USA *
. Institut de recherches et d’applications des méthodes de développement
(Iram), Jean-Bernard Spinat, François Doligez, France
. Les Amis de la Terre, Ben Lefetey, France
. Oxfam-Solidarité, Thierry Kesteloot, Belgique *
. Pesticide Action Network Belgium, Barbara Decupere, Belgique
. Plataforma Rural, Jeronimo Aguado, Espagne
. Plate-forme Souveraineté Alimentaire, Belgique
. Réseau d’Agriculture Urbaine de Kinshasa, Ir. Pierre Ongala, République
Démocratique du Congo
. Solidarité Socialiste, Pascale Bodinaux, Belgique
. SOS Faim, Freddy Destrait, Belgique *
. Terra Nuova - Centro per il volontariato, Caterina Imbastari, Italie
. Terra Nuova, Nora McKeon Italie *
. The Development Fund, Alice Ennals, Norvège *
Liste des organisations paysannes et de producteurs agricoles
signataires de la déclaration de Dakar
(Les organisations qui étaient présentes à Dakar sont marquées d’une *)

Adresses de contact :
- Conseil National de Concertation et de Coopération des Rureaux
(CNCR) Tél : (221) 824 71 03 / Email : cncr@cncr.org
- Collectif Stratégies Alimentaires (CSA) - Tél : (32)2 412 06 61
Email : info@dakardeclaration.org
- Pour adhérer à la Déclaration de Dakar et à l’Appel de Chapecó, cliquez ici

picto envoyer picto imprimer

Collectif Stratégies Alimentaires asbl | Bd Léopold II, 184 D - 1080 Bruxelles | Tel : +32 (0)2 412 06 60 - Fax : +32 (0)2 412 06 66 | email contact

accès membres | plan du site | à propos du site | accès restreint

Soutenu par 
la Commission Européenne et la DGD (Belgique)