csa-be.org

ARTICLE : "Gérer une coopérative : de nouvelles compétences à investir", par Eric Walin

Directeur de la coopérative agricole wallonne SCAR (Sociétés Coopératives Agricoles Réunies des régions herbagères)

Julie Flament, Mélina Vallier Peeters, 30 mars 2018

Lors d’une conférence organisée par l’Union des Agricultrices Wallonnes ce 26 mars 2018 à Gembloux, Eric Walin, directeur de la coopérative agricole wallonne SCAR (Sociétés Coopératives Agricoles Réunies des régions herbagères), a mis en avant les atouts de la coopération entre agriculteurs et partagé son analyse sur les éléments-clé à prévoir et les écueils à éviter lors de la mise en place d’une coopérative.
Photo : sillonbelge.be

Fort de son expérience, Eric Walin l’affirme, la coopération permet de retrouver une maitrise sur la valeur ajoutée dans une filière, d’accéder directement aux marchés, mais aussi de créer des ponts entre les maillons de la chaine, y compris avec les consommateurs. Coopérer permet de mutualiser des moyens financiers, mais aussi des moyens humains, ce qui est fondamental dans un contexte d’isolement croissant des agriculteurs : « s’engager dans un projet collectif, c’est se retrouver ensemble, ne plus être seul ».

Si la coopération a aujourd’hui le vent en poupe auprès du grand public, ce n’est pas vraiment le cas auprès du monde agricole, nous dit Eric Walin. Et d’expliquer cela par une culture fort individualiste et une recherche de réponse immédiate (culture de l’immédiateté), deux éléments qui s’opposent à la dimension collective et la durée dans laquelle s’inscrit le développement d’un outil collectif.
Pour construire et gérer un outil collectif sur la durée, au service des coopérateurs, il faut ainsi prendre en compte plusieurs points, selon le directeur de la SCAR :

Assurer la démocratie
Cela suppose de prévoir des structures décisionnelles bien cadrées, transparentes, fonctionnelles et étanches (chacun son rôle et son niveau de pouvoir). Eric Walin conseille notamment d’établir des ROI (règlements d’ordre intérieur) à tous les niveaux pour régler le fonctionnement interne. De préférence des ROI simples pour qu’ils soient compris de tous.

Eric Wallin insiste aussi sur l’importance de prévoir un plafond de capital dès le départ, afin d’éviter ultérieurement des déséquilibres de rapports de force ou des problèmes si certains coopérateurs se retirent. En effet, malgré le principe « 1 coopérateur = 1 voix », un coopérateur qui détiendrait une part importante du capital aurait dans les faits un pouvoir plus grand (en menaçant de se retirer par exemple) qu’un autre coopérateur qui détiendrait une part minime.

Il s’agit aussi d’éviter les conflits d’intérêt, qui surviennent très souvent, avec des intérêts individuels qui vont à l’encontre de l’intérêt de la coopérative sur la durée. Faire une exception pour un membre en difficulté est tentant, mais risque de mettre à mal le projet coopératif, il faut donc avoir une stratégie globale et à long terme claire.

Développer les compétences nécessaires
Toujours selon Eric Walin, investir l’amont ou l’aval d’une filière, mais surtout gérer une entreprise, c’est un nouveau métier. Il préconise donc de se former, d’y investir du temps. Mais aussi de (re)connaitre ses limites et savoir déléguer, tout en gardant la maitrise : « tu as la compétence, j’ai le pouvoir de décider ». Ceci est un défi d’autant plus grand que la taille de la coopérative augmente, et il faut pouvoir adapter les structures opérationnelles et décisionnelles à l’évolution de l’entreprise, ajoute le directeur de la coopérative.

Repenser la finalité
Eric Walin insiste sur l’importance de se poser fréquemment la question de la finalité : à quoi sert-on ? Cela permet de se renouveler et de s’adapter aux nouveaux besoins.

Retrouvez la présentation complète d’Eric Walin ci-dessous :

PDF - 1.3 Mo
Le coopération : outil de gestion des risques et d’accès au marché - Eric Walin

picto envoyer picto imprimer

Collectif Stratégies Alimentaires asbl | Bd Léopold II, 184 D - 1080 Bruxelles | Tel : +32 (0)2 412 06 60 - Fax : +32 (0)2 412 06 66 | email contact

accès membres | plan du site | à propos du site | accès restreint

Soutenu par 
la Commission Européenne et la DGD (Belgique)